Candidature UNESCO

Une grande histoire
à partager...

soutiens

Soutenez
faites monter
le compteur !

UDERZO, Sandrine Bonnaire, Patrice Leconte...

Ils nous soutiennent déjà. Et vous ?
Ces personnalités et de nombreuses autres ont déjà apporté leur soutien à la candidature. 

En savoir +

2 000 ans et pas une ride

La candidature en images Arènes, Maison Carrée, jardins de la Fontaine... découvrez notre patrimoine d'exception

En savoir +
Découvrir Nîmes...
 
Agenda
du : au :
Valider
Octobre 2017
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
 
 
A+ A-

Mécénat restauration des arènes

Sous l'égide de la Fondation de France, la Fondation Internationale pour les monuments romains de Nîmes a pour vocation la collecte de dons pour les grandes opérations de sauvegarde et de promotion des sites prestigieux romains de la ville de Nîmes. Cet apport financier vient compléter les financements publics mobilisés.

Après 4 années de restauration exemplaire, la renaissance de la Maison carrée en 2011 témoigne de la volonté de la municipalité et de ses partenaires de mettre en valeur l’héritage romain de la ville pour faire vivre ce patrimoine exceptionnel et le transmettre aux générations futures.

Les travées 49 à 53 sont aujourd'hui restaurées.

Aujourd'hui c’est au tour des Arènes, amphithéâtre bimillénaire... 
Parmi les mieux conservées du monde romain, mais considérablement fragilisées par le temps, elles nécessitent une campagne de restauration de très grande envergure.

Devenez acteur de cette opération historique et unique !
Associez-vous à une opération de mécénat hors du commun, à la portée de tous.

En rejoignant la Fondation Internationale pour les monuments romains de Nîmes, vous prenez part à une belle aventure culturelle et au rayonnement de la ville.

 

 

La restauration des Arènes

La restauration des arènes

Les Arènes : un peu d’histoire
S’il reste peu d’arènes romaines encore debout depuis le monde antique, celles de Nîmes constituent un témoignage unique du génie de construction romain et de l’apogée de cette civilisation. Construites à la fin du 1er siècle de notre ère à l’intérieur de l’enceinte de la ville antique, elles accueillaient des combats de gladiateurs et des chasses d’animaux sauvages. Imposantes par leur taille, 60 travées, 133m de long par 100m de large, 21m de haut, elles pouvaient recevoir jusqu’à 20 000 spectateurs.
Comme la Maison carrée, l’amphithéâtre doit sa conservation à une occupation continue au fil des siècles. Les monarques français puis les autorités successives ont très vite pris conscience de son intérêt patrimonial et de la nécessité de le préserver et n’ont cherché ni à détruire l’œuvre romaine ni à la modifier radicalement.
     
Ainsi les Arènes de Nîmes sont aujourd’hui l’amphithéâtre romain le mieux conservé au monde. Mais elles sont néanmoins fortement menacées.

"Laissez-vous conter les arènes"... l’histoire du monument siècle après siècle

Des arènes menacées par les intempéries
Une étude menée en 2005 sur une des travées les plus abimées, la travée 49, préalablement à sa restauration, a montré toute la fragilité de l’amphithéâtre, liée à l’exposition prolongée aux intempéries. Après son abandon à la fin de l’empire romain, sa conversion en ville fortifiée au Moyen-Âge l’avait malgré tout préservé, car les maisons, présentes dans son enceinte, possédaient leur propre système de recueillement des eaux.
Mais après leur démolition, l’amphithéâtre est resté ouvert et les eaux de pluie ont lessivé les maçonneries et infiltré les pierres qu’elles ont rendues fragiles. Le phénomène s’est accéléré avec la disparition des gradins antiques, qui drainaient les eaux vers des canalisations souterraines et la disparition des parapets du premier étage qui faisaient obstacle à la pluie battante.

L’eau met ainsi une quinzaine de jours à circuler du sommet jusqu’aux galeries inférieures, générant sur son trajet des dépôts de calcite.
La pierre perd 30 à 40 % de sa résistance lorsqu’elle est imbibée d’eau.
Résultats : les voûtes du rez-de-chaussée, où s’exerce la pression, concentrent une grande partie des dégâts.

Ce monument méritait qu’on prenne le temps de redonner solidité et allure à chaque centimètre de son épiderme.

L'amphithéâtre de Nîmes, daté du 1er siècle de notre ère, est l'un des mieux conservés du monde romain. Pour autant il n'a pas échappé aux outrages du temps passé et du climat.

Un diagnostic réalisé en 2005 par Thierry Algrin, architecte en chef des monuments historiques, a mis en évidence l'importance des dégradations. Il a été décidé d'amorcer les travaux par la restauration de la façade. Cinq travées ont été ainsi restaurées sur cette première phase de travaux.

A voir aussi : Les Arènes (histoire et patrimoine)

 

Actuellement : 

La restauration des travées 49 à 53 (face au boulevard Victor Hugo) s'est terminée en avril 2015.

Cette opération a démontré la fragilité du monument, que son dégagement au XIXe siècle a rendu plus vulnérable aux infiltrations d’eau de pluie. Un diagnostic scientifique approfondi est en cours sur l’ensemble de l’amphithéâtre afin de confirmer et compléter les constats observés sur les cinq arches restaurées et avancer désormais dans une démarche globale de protection, en adéquation avec la candidature Unesco. 

  • Une nouvelle équipe :
    La réglementation ayant évolué avec l’obligation faite, depuis 2009, aux collectivités propriétaires de monuments historiques, de choisir leur maîtrise d’oeuvre sur appel d’offres, un accord cadre a été établi pour 15 ans avec l’architecte en chef des Monuments Historiques Michel Goutal, qui poursuit le travail initié avec Thierry Algrin, architecte en chef des Monuments Historiques chargé de la campagne de restauration précédente (2005-2015).

    Michel Goutal pilote notamment la restauration du tombeau des rois de Jérusalem, comme celle du Musée du Louvre et apporte régulièrement son expertise à l’Unesco.

Parallèlement, se déroule un suivi archéologique du chantier. Ses découvertes permettent de mieux comprendre l’histoire des arènes et de leur construction.

Pour en savoir plus,
-> VIDEO : découvrir le chantier des travées 50 et 51
-> VIDEO: découvrir l'étude mécanique, par le Laboratoire de Mécanique et Génie civil (unité de recherche regroupant le CNRS et l'université de Montpellier II)
-> PHOTOS: feuilleter l’album


La restauration en chiffres (pour les travées 50 et 51)

30m3 de pierre de Barutel
3 700 heures de maçonnerie et taille de pierre (chantier et atelier de taille)
650 heures de pulpe et gommage
900 heures de ragréage
2 100 heures de fourniture de pierre 

 

Calendrier de la restauration : 

  • Tranche expérimentale :
    Travée 49 : 2009 à 2012
    Travées 50 à 53 : 2012 à 2015

  • Travées 54 à 60 et de 1 à 48 (55 travées restantes)
    2015 - 2025 : Nouvelles études puis reprise des travaux de restauration

 

 

 

 

 

 

 

Financements de la restauration

  • Financements de la tranche expérimentale (travées 49 à 53)
    Ministère de la culture et de la communication / Direction Régionale des Affaires Culturelles Languedoc-Roussillon : 40 %
    Ville de Nîmes : 34,5 %
    Conseil régional Languedoc-Roussillon : 13,1 %
    Conseil général du Gard : 10 %
    Fondation Internationale pour les monuments romains de Nîmes : 2,4 %

  • Financements du diagnostic, études des travées suivantes
    Ministère de la culture et de la communication / Direction Régionale des Affaires Culturelles Languedoc-Roussillon : 40 %
    Ville de Nîmes : 30 %
    Conseil régional Languedoc-Roussillon : 20 %
    Conseil général du Gard : 10 %

          

Les Arènes, un patrimoine d'avenir

Les arènes, un patrimoine d'avenir

La romanité est un axe majeur de développement touristique et économique pour la ville de Nîmes. La préservation mais aussi l’animation et la valorisation de son héritage romain sont une des priorités de l’action municipale. Ses monuments exceptionnels lui confèrent une reconnaissance sur le plan international.

Les actions sont multiples sur le plan de la valorisation de l’héritage romain de la ville. En voici quelques-unes.

Une mise en valeur permanente du patrimoine et des collections
Les grands travaux d’aménagement urbain Arènes - Esplanade - Feuchères, de 2005 à 2012, ont permis de créer un véritable écrin pour ces arènes bimillénaires en offrant également aux touristes, visiteurs ou Nîmois une entrée de ville magnifiée depuis la gare et un jardin urbain d’un hectare qui révèle une vue superbe sur les Arènes et l’Ecusson.

La candidature de la ville pour le classement au Patrimoine Mondial de l’UNESCO confirme une démarche active et motivée de la municipalité pour faire reconnaitre ses monuments.
> Soutenez la candidature de la Ville sur www.jesoutiensnimes.fr

La construction du musée de la Romanité, face aux Arènes, est en cours. Il accueillera dès 2018 les riches collections archéologiques de la ville, au cœur de son centre ancien, dans un bâtiment signé par Elizabeth et Christian de Portzamparc. Il contribuera largement à faire reconnaitre au monde entier la singularité et la qualité de son patrimoine historique.

Un patrimoine vivant et ouvert au plus grand nombre
La gestion des monuments de Nîmes est confiée à un prestataire spécialisé afin d’animer et de faire découvrir au plus grand nombre de touristes ce riche patrimoine. Un choix révélé très positif avec une fréquentation sans cesse en hausse, plus de 320 000 visiteurs annuels rien que pour les Arènes ou la création d’un évènement devenu le plus grand rassemblement antique en Europe, les Grands jeux romains.

Loin d’être mises sous cloche, les Arènes sont aussi l’un des cadres les plus grandioses pour accueillir tout l’été un très grand nombre de spectacles culturels et festifs où se pressent un public local et international. Majestueuses, elles constituent une scène exceptionnelle en plein air et ont ainsi marqué des stars de renommée internationale, chanteurs, danseurs, musiciens, et les meilleurs toreros.
On compte plus de 200 000 spectateurs (concerts et corridas) par an. Parmi tant d’autres, sont venus ces dernières années David Bowie, Radiohead, Depeche Mode, Elton John, Stevie Wonder, Bob Dylan, Leonard Cohen, Metallica, Mark Knopfler, les Daft Punk, Sting, Björk, Roberto Alagna, les ballets de Béjart…

Aujourd’hui, l’amphithéâtre est le monument le plus visité de la ville.

Faire un don

Faire un don

La Fondation Internationale pour les monuments romains de Nîmes, sous l’égide de la Fondation de France, propose à chacun de s’engager auprès des acteurs publics dans la restauration des arènes.

Qui peut devenir donateur ?

• Les particuliers souhaitant soutenir un projet pour contribuer au rayonnement de leur territoire. 
• Les entreprises quelle que soit leur taille, leur ancienneté ou leur domaine d’activité : PME, filiales de grands groupes, artisans, commerçants, groupements d’entreprises, chambres consulaires, organisations et syndicats professionnels, associations d’entreprises, etc.  
• Les structures dédiées au mécénat : clubs d’entreprises, fonds de dotation, fondations.

Pourquoi donner ?

• Vous participez, à travers des projets concrets de restauration, à la mise en valeur et à la pérennisation d’un patrimoine historique exemplaire, qui sait attirer un public du monde entier
• Vous soutenez les filières des métiers d’Art et du Patrimoine
• Vous offrez la possibilité de jouir de ce patrimoine commun
• Vous participez à améliorer l’attractivité du territoire et associez votre nom ou votre entreprise à un projet global de développement de son territoire d’implantation.
• Vous bénéficiez de retours en terme d’image, à travers un soutien à des actions d’intérêt général, en lien avec le capital immatériel de l’entreprise et sa réputation.

Modules de dons pour les particuliers

Don minimum : 50 €
50 € - Coût réel après déduction fiscale : 17 €
100 € - Coût réel après déduction fiscale : 34 €
200 € - Coût réel après déduction fiscale : 68 €

Pour un montant supérieur à 200 €, merci de bien vouloir nous contacter :
par téléphone : 04 66 76 71 17 ou par mail : contact-fondationmrn@nimes.fr

Avantages fiscaux ?

Pour les particuliers : la loi prévoit 66% de déduction fiscale dans la limite de 20% du revenu imposable.
Ex : pour un don de 100 €, vous déduisez 66 € de vos impôts.

Pour les entreprises : la loi prévoit 60% de déduction fiscale dans la limite de 5 pour 1000 du chiffre d’affaires (l’excédent étant reportable sur les 5 exercices suivants).

Autres avantages

Pour les entreprises :
- Une valorisation de l’image de marque qui s’associe à la conservation et la mise en valeur d’un patrimoine prestigieux
- Une forte visibilité par la présence des logos et mention sur des supports de communication, communiqués, dossiers de presse, en lien avec le ou les monuments concernés ainsi que sur les panneaux descriptifs de chantier de restauration.
- Un accès privilégié et des opportunités de relations publiques
- Une manière d’affirmer vos valeurs, de mettre vos compétences au service de l’intérêt général et de soutenir le développement culturel local.

 

Comment donner ?

  • don en ligne via le site de la Fondation de France
  • don par chèque à l’ordre de « Fondation de France - n° 394 ou FDF- Fondation Internationale pour les monuments romains de Nîmes »

Adresse : Fondation de France - A l’attention de Mme Hélène FRICHOT - 40, avenue Hoche - 75008 PARIS

  • don par virement en précisant le libellé « fondations monuments romains » RIB sur demande.

Pour les donateurs étrangers, merci de nous contacter par e-mail : contact-fondationmrn@nimes.fr.

Contact : Christelle BONNES - Direction Générale des Services Ville de Nîmes
04 66 76 71 17 - contact-fondationmrn@nimes.fr

 

 

Les avantages fiscaux

Les avantages fiscaux

La loi n°2003-709 du 1er août 2003 relative au mécénat a permis un réel développement du mécénat culturel en France, notamment en proposant des mesures fiscales incitatives.

Quel que soit son montant, votre don vous permettra une importante réduction fiscale

Impôt sur le revenu : la loi prévoit 66% de déduction fiscale dans la limite de 20% du revenu imposable. Ex : pour un don de 100 €, vous déduisez 66 € de vos impôts.

Impôt sur les sociétés : la loi prévoit 60% de déduction fiscale dans la limite de 5 pour 1000 du chiffre d’affaires (l’excédent étant reportable sur les 5 exercices suivants).

Impôt sur la fortune : la loi prévoit 75 % de déduction fiscale du montant de l’ISF, dans la limite de 50 000 € (au delà de ce montant, l’excédent n’est pas reportable les années suivantes). Ex : pour un don de 10 000 €, vous déduisez 7 500 € de votre impôt.

À réception de votre don, la Fondation de France vous adressera un reçu fiscal.

 

 

La Fondation internationale pour les monuments romains de Nîmes

La Fondation internationale pour les monuments romains de Nîmes

Historique de la Fondation

Le 3 octobre 1988, en raison d’intempéries soudaines et très violentes, la plupart des monuments romains de la ville, comme les Arènes ou la Maison Carrée, ont été inondés. La vue de ce désastre a renforcé la prise de conscience de la nécessaire sauvegarde de ces monuments, afin de permettre aux générations futures, de continuer à faire perdurer ce patrimoine exceptionnel, témoin d’une civilisation.

En 1990, l’association en vue de la création d’une Fondation Internationale pour la sauvegarde et la promotion des Arènes, de la Maison Carrée et des autres monuments romains de Nîmes est créée avec pour but la sauvegarde des sites de la ville de Nîmes.

En 1994, la Fondation Internationale pour les monuments romains de Nîmes voit le jour, grâce à une convention signée entre la Generalitat de Catalunya, la Ville de Nîmes, le Conseil régional du Languedoc-Roussillon, la Fondation EDF, la Société d’Aménagement Urbain et Rural (SAUR), la Société Cacharel et la Fondation de France qui en assure la tutelle.

Depuis la création de la fondation, les différentes municipalités ont poursuivi cette politique de préservation et de valorisation de ces monuments connus à travers le monde.

La générosité de ses membres fondateurs et des mécènes ont permis à la Fondation de recueillir la somme de 1 053 608,43 €.

 

FONDATEURS

En Euros

GENERALITAT DE CATALUNYA

453 371,10

CACHAREL

25 017,41

REGION LANGUEDOC ROUSSILLON

125 087,06

SAUR

52 119,61

FONDATION EDF

125 087,06

 

 

MECENES

FONDATION CREDIT NATIONAL

6 254,35

CREDIT LYONNAIS

4 169,57

ELF ESPANA S.A

5 067,61

RHONE POULENC FIBRAS S.A

27 175,05

ATLANTIQUE S.A

24 753,42

PIERRE FABRE S.A

15 114,39

CENTROS COMMERCIALES PRYCA S.A

9 067,43

 

 

SOUS TOTAL

872 284,06

Ajout des produits financiers
réalisés à l'origine des versements

213 573,56

Déduction des frais de gestion

- 32 249,21

TOTAL

1 053 608,43

 

Les actions déjà financées
La Maison carrée
L’étude préalable de restauration de la Maison Carrée : 30 489 euros

La restauration des façades de la Maison Carrée :
Façade Sud : 47 730 euros
Façade Ouest : 96 000 euros
Façade Est : 90 000 euros
Façade Nord : 96 000 euros

Soit une participation de la Fondation à hauteur de 12 % du prix H.T des travaux

 

Les Arènes
La restauration de la travée 50 de l'Amphithéâtre : 31 200 euros

Les jardins de la Fontaine
La restauration et mise en sécurité du Temple de Diane : 182 938 euros.

La reproduction de statues sur la promenade basse des jardins de la Fontaine : 20 294 euros

L’animation autour du patrimoine

Organisation des journées « Jardins fééries d’un jour » de 1998 à 2000 : 181 185 euros

L’organisation d’un colloque scientifique (1999) : 10 195 euros
Montant total des actions de promotion : 191 380 euros


Montant total des actions de la Fondation à ce jour : 786 031 euros

Nous suivre

Veuillez tourner votre tablette pour consulter le site confortablement.